Girondinfo
Pense à te connecter ou à t'inscrire!



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 20 Juin 2007, 00:48

malock a écrit:
Pit et Rik a écrit:
Je ne suis pas spécialiste de la Dyna Z Embarassed , après quelques recherches, le modèle de ton papa devait être une Dyna Z12 grand standing (la version luxe donc). C'était la seule version bicolore, si seul le toit était d'une autre couleur, ce devait être un modèle 1959 donc tout acier (c'est sur les Z que Panhard a progressivement abandonné l'aluminium bien trop cher pour le remplacer pas de l'acier bien trop lourd).

Sur la photo, c'est une Z1 tout alu. La Z1 se reconnait à la forme de son pare choc avant et à l'antibrouillard dans la calandre.

Est ce que dans tes souvenirs tu te rappelle du confort de l'auto ?
Je me souviens d'une banquette en skaï avec une forte odeur qui me donnait mal au coeur. Le reste... Embarassed
Le skaï est un animal à forte odeur lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Ven 29 Juin 2007, 02:10

voilà déjà la suite Laughing

Voici un de ces amortisseurs Houdaille débarassé de sa gangue de terre et de graisse :


Quand je parlais d'un dépôt de terre et de graisse c'était pas pour rire...

Tout au fond, dans le trou, c'est de la graisse !!! Elle n'est pas là par hasard mais pour graisser les barres de torsion (accessoirement cette graisse a protégé l'intérieur du chassis contre la corrosion).

Un moyeu de roue arrière :


Qui vient se fixer à cet endroit sur l'essieu :


Un tambour de frein :

Le liquide de frein (ni de l'eau ni de l'huile) est comprimé lorsqu'on appuie sur la pédale de frein. Un liquide ne peut diminuer en volume, il faut donc qu'il trouve de la place... cette place il la trouve dans le cylindre de roue (qui est en fait une sorte de piston). Ce liquide sous pression pousse les machoires de frein contre la partie mobile du tambour (qui tourne avec la roue puisque sur la Dyna c'est le centre de la jante). Les machoires sont en acier. Acier contre acier... pour freiner c'est pas ce qu'il y a de mieux. Pour améliorer le freinage, les machoires sont recouvertes d'une garniture. Aujourd'hui ces garnitures sont collées avec des colles spéciales mais en 1950 elles étaient rivetées (on voit les rivets sur la photo). Bien entendu, elles contiennent de l'amiante, à l'époque c'était le seul matériaux capable de résister à un tel échauffement sans perdre ses qualités.

Aujourd'hui encore les freins à tambour des voitures modernes fonctionnent à l'identique.

Le liquide de frein transite par des tuyaux :


Sur les autos des années 20 ou 30, il n'y avait pas ou peu de freins hydrauliques... les machoires étaient commandées par de simples câbles, comme sur les vélos !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 04 Juil 2007, 01:09

Lorsque l'on roule, à chaque bosse ou creux de la route les suspensions travaillent. Sur la Dyna X, les suspensions arrière sont constituées de barres de torsion. Ces barres se déforment comme les semelles des baskettes d'une célèbre marque à trois bandes. Ces barres sont reliées à un bras, lui même relié à la roue. A chaque irrégularité de la route, il y a mouvement de ce bras et des barres de torsion. Qui dit mouvement dit frottement et qui dit frottement dit usure. Pour limiter cette usure, les pièces en mouvement sont lubrifiée (dans le moteur c'est de l'huile, pour les suspensions c'est de la graisse). Pour limiter encore plus l'usure, on place des roulements là où il y a un frottement circulaire. Ces roulements peuvent être à bille ou à rouleau. Sur les suspensions arrière ce sont des rouleaux... pour chacune des roues, 60 petits rouleaux insérés dans le bras de suspension.

Voici à quoi ressemblent ces rouleaux :
Pour avoir une idée de leur taille réelle, ils sont photographiés sur une regle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Sam 14 Juil 2007, 01:15

Le chassis est désormais complètement nu. Son nettoyage et son décapage peuvent commencer. Tâche ô combien fastidieuse, salissante et crevante (même si c'est avec la brosse d'une disqueuse, il faut quand même tenir la bête et pour nettoyer, je fait tout avec un vieux pinceau et de l'essence).

Au départ le berceau moteur (là où est fixé l'ensemble moteur boite) ressemble à ça :


Aujourd'hui, après un nettoyage encore loin d'être terminé, il ressemble à ça :

Encore un effort et il sera comme neuf...

Le collecteur sous le carburateur. Son rôle est double, d'une part il sert à envoyer le mélange air/carburant dans le moteur et d'autre part il sert à réchauffer le carburateur. Deux tubes pour nourrir le moteur et deux tubes par où transitent les gaz chaud une fois qu'ils sont brûlés, juste avant de prendre la direction du pot d'échappement.

Avant :

Après nettoyage :


Le collecteur restera tel quel et les tubes seront antirouillés et peints en noir avec une peinture spéciale haute température.

Je disais que le nettoyage du chassis n'était pas terminé... il faut que ça brille...

... le décapage non plus même si ça a plutôt bien avancé...

Pour le moment seul l'extérieur a bougé, les corps creux sont toujours dans leur jus. On voit que le côté gauche est presque terminé tandis que le côté droit est encore couvert de rouille.

De plus près, quand c'est poncé :

Il reste encore du boulot :


Rouille oblige, la surface du métal est irrégulière. La brosse ne peut aller enlever la rouille dans ces minuscules cavités. Pour que le travail soit bien fait et durable, il faut totalement enlever la rouille. Le chassis aura donc droit, une fois le brossage terminé, à une couche de produit à base d'acide phosphorique. Cet acide détruit la rouille. Débarrassé de sa rouille il faudra le protéger... deux couches d'antirouille "marin" (résiste au sel de déneigement) et une couche de peinture noire pour le rendu final. Avec un tel traitement et la qualité de l'acier de l'époque, le chassis ne devrait plus bouger pendant le prochain demi siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 06 Aoû 2007, 00:32

Quelques nouvelles...

Ces derniers jours je me suis surtout concentré sur des petites pièces même si je n'ai pas oublié le chassis.

J'ai bichonné la dynamo. Après nettoyage, elle a été peinte en noir (antirouille marin) :


Le démarreur a lui aussi été repeint en noir :



Un des deux cache tambour arrière est prêt à être remonté. Il a été nettoyé, poncé, dérouillé à l'acide phosphorique puis je lui ait appliqué trois couches de peinture antirouille (Rustol Owatrol pour la 1ere, Rustol AP60 pour la seconde et V33 climat extrême pour la 3eme).


Même traitement pour l'essieu arrière :


Le chauffage, lui aussi paré à reprendre la route Cool


Ainsi que toute une série de petite pièces en acier... pêle même, caches d'accès aux boulons de fixation de la caisse sur le chassis (au milieu à droite), les plaques qui tiennent les joints de caisse (en dessous des caches), les tiges de fixation de la batterie, les deux plaques de fixation de caisse intérieure, les pattes de fixation des clignotants avant, des éléments de fixation du ciel de toit...


Les pattes de fixation des pare-chocs (ici celles du pare choc arrière) :


La plaque support de batterie :


Un bras de suspention arrière :

Et les barres de torsion qui vont avec (sur les voitures modernes ce sont des ressorts hélicoïdaux) :


Je me suis occupé également du support de bidon d'huile (parce que sur une antique auto de 1950 un emplacement spécial est prévu pour un bidon d'huile de 2L Cool ) :

Et puis tant qu'on y est j'ai trouvé un bidon à peu près d'époque pour aller avec le support Razz

Les puriste lui reprocheront de ne pas être de la marque recommandée par Panhard (à savoir BP) mais moi je le trouve très bien Twisted Evil

J'ai aussi un contact à clé tout neuf (c'est un contact à clé de Panhard 24 mais ça ira aussi bien Embarassed ) :

Je ne me servirait que de deux connecteurs sur trois. Mon démarreur étant à tirette, je n'ai pas besoin de ce contact Wink

Ces pièces là n'ont pas encore leur dernière couche de peinture... seulement deux ont été passées.

Dans le désordre, la commande de frein à main, un silent bloc support moteur, la cuve du plafonnier, un bout de la colonne de direction (le reste est terminé), les coques du super comodo...

La commande de passage de vitesse (le levier c'est le petit bout chromé à gauche sur la photo, avec la boule noire Wink ) :

La tige peinte est en fait le foureau de la tringle de commande. Le levier de commande est en fait à l'envers... pour avoir une idée de sa position normale il faudrait lui faire faire un demi tour sur lui même. Boule toujours en bas mais courbure dans l'autre sens.

Le triangle avant (il sert à rigidifier les brancards et de support de fixation à quelques accessoires comme le klaxon) :

Là il en est en attente de sa première couche d'antirouille, c'est à dire qu'il a été nettoyé (et il avait une bonne couche de dépôt), ponçé et dérouillé.

les brancards (qui tiennent les tôles de protection moteur et les ailes avant) :

Eux aussi attendent leur première couche antirouille. Vraiment pas simple à rénover... déjà, comme le reste, ils étaient couvert d'un épais dépôt de terre et de graisse. Ils sont creux... et non bouchés ! Donc ils étaient remplis de terre. A vue de nez ils devaient contenir deux kilos de terre Confused Une fois propres, ils ont été poncés... bonjour pour les ramener à la tôle Evil or Very Mad A l'origine ils étaient peints, avec une peinture des années 40-50, à savoir au plomb. Croyez moi, là où il restait de la peinture, c'était solidement accroché 8O Mais le plus difficile est d'arriver à atteindre l'intérieur. Pas de mystère, à moins de les détruire en les ouvrant, il est impossible d'aller poncer la rouille qui les ronge de l'intérieur. Comme ils étaient pleins de terre, j'ai commencé par les passer au karcher, au moins, si ça enlève pas la rouille, ça enlève la terre. Après séchage (facile en été), j'ai vaporisé du ot'rouille à l'intérieur... sans plaindre la quantité, ça a l'air d'avoir été efficace Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mar 07 Aoû 2007, 12:39

Petit intermede... Panhard ce sont des Panhard mais pas seulement. Panhard a fourni mécanique et chassis à bon nombre de constructeurs. Il faut savoir que si aujourd'hui un constructeur automobile se charge de tout sur le modèle qu'il commercialise, il y a 40 ou 50 ans c'était loin d'être le cas. Bon nombre de constructeurs n'étaient en fait que des carrossiers qui se chargaient d'habiller le chassis d'un modèle déjà existant.

Commencons par une Dyna Allemano. Construite sur un chassis de Dyna X, avec un moteur de Dyna X (bicylindre de 750cm3, 40CV), elle a été contruite en 1952-1953. Vitesse maxi 135km/h (ce qui en 52-53 était vraiment pas mal, pour atteindre de telles vitesses il fallait une voiture d'une cylindrée deux fois plus grande) :

Elle fût même engagée aux Mille Miles, suclassant bon nombre de voitures beaucoup plus puissantes...
Elle était, comme la Dyna X, en aluminium et pesait environs 550kg.

Une version cabriolet sera même commercialisée :


La Dyna Allemano classique sera produite à seulement 6 exemplaires.


Traversons le Rhin pour faire connaissance avec la Dyna Veritas. Toujours sur base de Dyna X (chassis et moteur), elle fut produite de 1950 à 1952. Les carrosseries, conçues par Veritas, étaient construites par Baur, à Stuttgart.

Cette firme fut créée par d'anciens employés de la B.M.W. avec l'intention de construire des voitures de sport basées sur la B.M.W. 328 d'avant-guerre, avec le moteur B.M.W. de 1971 cm3, 80 CV.

La Dyna Veritas coupé:


La Dyna Veritas S cabriolet :


La version coupé ne peut renier ses origines germaniques et a quelques similitudes avec la Volkswagen Coccinelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mar 07 Aoû 2007, 15:53

Encore un dérivé sur base de Panhard Dyna X : la Callista Ranelagh (du nom de la rue où se trouvait le garage Panhard de Raymond Gaillard à Paris (Raymond Gaillard était le principal bailleur de fond de Callista). En 1951, c'est un cabriolet Ranelagh qui fut engagé au Mans, sous la marque Callista
Panhard. La voiture termina 28ème sur 30 voitures à l'arrivée.


Un autre modèle de Panhard Callsita sera constuit : le cabriolet "Coupe des Alpes".


On reparlera plus tard de Raymond Gaillard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 08 Aoû 2007, 17:14

Ahhhh le petit coupé Panhard Junior... voilà un modèle qui manquait à la gamme Panhard dans les années 50.


C'est un peu ce qui a précipité la fin de Callista. Le coupé Junior était très proche de ces productions artisanales (le Junior est lui aussi construit sur une base de Dyna X) mais vendu moins cher, beaucoup moins cher (et moins bien équipé... le premier prototype n'avait qu'une seule porte).

Noter ami Raymond Gaillard, financier de Callista, se lancera dans une nouvelle aventure qui sera la marque Arista. Le premier modèle de cette nouvelle marque sera en fait un clone de la Ranelagh... juste rebaptisé "le mans". Plus tard, Arista commercialisera la "rallye", toujours sur base Panhard mais avec une carrosserie en polyester. La production durera jusqu'en 1963.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 08 Aoû 2007, 17:27

La Sera-Panhard :
Ce modèle très aérodynamique construit sur une base mécanique de Dyna Panhard frisait les 160 km/h. Avec son pare-brise d'Aronde Océane et sa lunette arrière de DS, la Sera avait un hard top en polyester (en une ou deux parties) qui s'enlevait pour se ranger dans le coffre.
La Société d'Etudes Réalisations Automobiles (SERA) fabriquera environ 20 voitures, il en resterait aujourd'hui seulement une petite douzaine.



L'une de ces 12 survivantes était présente lors de l'assemblée générale 2007 du CPLF. Son propriétaire était extrêmement précautionneux : aussitôt arrivée, aussitôt bâchée et protégée des intempéries Shocked Vu la rareté du modèle, ça se comprend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arthemile
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
avatar

Masculin Nombre de messages : 3853
Age : 71
Localisation : bordeaux ville d'art, cité des grands vins
Emploi : retraité aux flambeaux, oisif laborieux ...
Loisirs : sports en spectateur, peinture, musique , etc
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 08 Aoû 2007, 23:19

mon voisin a une DB le mans .... entièrement refaite... il a aussi une 24ct nickel...

la VERITAS S CABRIOLET est magnifique... elle ressemble un peu à la MG..

bonne fête de la restauration appliquée.
didier de mees près de dax.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mer 08 Aoû 2007, 23:40

arthemile a écrit:
mon voisin a une DB le mans .... entièrement refaite... il a aussi une 24ct nickel...

la VERITAS S CABRIOLET est magnifique... elle ressemble un peu à la MG..

bonne fête de la restauration appliquée.
didier de mees près de dax.
C'est vrai qu ela Veritas cabriolet a des airs de MG mais je crois que la ressemblance est encore plus frappante entre la Sera et une Jaguar Type E Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Jeu 09 Aoû 2007, 17:45

Une Panhard 24 :

Equipée du moteur Tigre de 60CV pour 850cm3, elle attent 150km/h en vitesse de pointe. C'est un coupé (deux portes). Elle s'appelle CT car elle a un chassis plus court (par rapport à une 24 B ou BT... B pour berline mais toujours deux portes), C pour court donc et T pour Tigre, le moteur sportif de la gamme Cool L’équipement est très riche (sauf sur la BA), les sièges avant sont réglables en hauteur, longueur et inclinaison. La banquette des finitions T est rabattable, le miroir de courtoisie du pare-soleil passager est éclairé. La roue de secours se trouve à l'abri de la saleté, dans une trappe sous le coffre très vaste. Les accoudoirs des portes sont prolongés par une lampe s'allumant à l'ouverture. Il y a même un thermomètre d'ambiance sur le couvercle de la boîte à gants. Le volant est réglable en profondeur. Le chauffage, très ingénieux, est assuré par des prises d'air au niveau des cylindres et distribué grâce à des canalisations ceinturant l’habitacle, soufflant l'air vers le pare-brise, ou la lunette arrière. Il est dirigé par une commande rotative sur le tableau de bord. Elle a même des ceintures de sécurité (en option... mais il ne faut pas oublier que c'est un modèle des années 60 Wink ). La CT sera produite entre 1964 et 1967, ce sera le dernier modèle de Panhard, la production cessera le 20 juillet 1967 Sad

La marque DB :
Charles Deutsch et René Bonnet s'installe en tant que constructeur de voitures de sport à Champigny-sur-Marne durant le printemps 1938. Ils obtiennent des résultats encourageants en course avant la guerre. Pendant l'occupation, ils songent naturellement à de nouvelles barquettes encore plus performantes, qu'ils seront en mesure de présenter dès 1945. Après leur DB1 de 1938 et DB2 de 1939, ils préparèrent à partir de 1942 une DB3 de conception nouvelle avec un châssis poutre en Y. Ce modèle ne sera jamais carrossé mais il servira de base à la DB4 prête en juillet 1945 suivie deux mois plus tard par la DB5 ; les moteurs de ces voitures sont exclusivement d'origine Citroën. Cependant ceux-ci vont bientôt leur être refusé par la direction de Michelin qui se montre très sectaire à l'époque. Deutsch & Bonnet doivent alors trouver un autre fournisseur mécanique, leur choix se portera sur Panhard avec lequel ils concluent un accord de coopération en 1949.

Encouragés par leurs brillants résultats en compétition, les deux associés songent à développer leur affaire par la production de véritables voitures de sport. Ils commencent timidement en 1952 avec des coupés en duralinox animés par des moteurs Panhard 750cc, mais leur début commerciaux effectifs datent de janvier 1955 avec leur coach 850cc en matière plastique type HBR5. Pour la réalisation de la carrosserie, ils s'adressent à la firme Chausson qui vient juste de créer un département plastique.

Une DB HBR5 de 1958 :


Une DB Le Mans :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Jeu 09 Aoû 2007, 23:21

En 54-55, DB étudie un prototype de formule 1 à moteur Panhard 850cm3



Faut pas pousser non plus Laughing , le bicylindre Panhard est performant mais pas à ce point la différence de performances entre ce prototype et les F1 de l'époque fera que le projet n'ira pas plus loin.

Deutsch et Bonnet se sépareront en 1961. Ils vont continuer chacun dans leur coin. Même si leurs noms seront plus discrets, leurs "bébés" feront parler d'eux. René Bonnet va s'allier à Matra, ensemble ils produiront la Djet et quelques voitures de course (les bases des F1 championnes du monde ;) ). Charles Deutsch fondera la marque CD qui remportera les 24h du Mans en 1962 (à l'indice de performance et 16 au classement général)... toujours avec le bicylindre Panhard (qui surclassera cette année là les René Bonnet pourtant équipées du nouveau moteur Renault-Gordini Twisted Evil ).

La première CD sera un clone de la DB Le Mans :


Mais la CD la plus marquante de toutes sera la LM64 (prototype engagé au Mans en 1964... d'où le nom là aussi Laughing )




La structure est constituée d'un châssis-poutre rigide et léger, supportant à l'avant un bicylindre Panhard très légèrement évolué notamment pour la fiabilité (pignons de distribution en métal léger). Il est muni d'un double-allumage et de pistons forgés. Les suspensions indépendantes sont munies de freins à disques suspendus à l'avant et à tambours à l'arrière. La carrosserie en fibre de verre est, comme indiqué ci-dessous plus en détail, le résultat d'études théoriques extrêmement savantes, portant notamment sur l'interaction du comportement dynamique du châssis et de l'aérodynamique.

A noter que cette CD est la seule des deux à être équipée de sa boîte de vitesses d'origine ZF à cinq rapports - refaite et en parfait état -, le pignon de cinquième ultra-longue pour Le Mans, une pièce historique, a été conservé.

Les pneumatiques expérimentaux de 135x14 développés spécifiquement par par Michelin à l'époque ont été bien sûr conservés sur leur jantes d'origine, mais pour des raisons de sécurité les roues sont aujourd'hui chaussées de Dunlop X-AS FF à gomme tendre. De même, les combinés ressorts-amortisseurs d'époque ont été démontés (mais conservés) et remplacés par des combinés réglables récents. Le réservoir d'essence est celui d'origine en Alu riveté, avec pour des raisons de sécurité, un remplissage mousse à l'intérieur.

A l'intérieur, demeuré dans son état d'origine, le compte-tours mécanique d'époque trône en bonne place, et tous les instruments fonctionnent. Afin de répondre aux normes des compétitions de véhicules historiques, l'arceau de sécurité ainsi que les harnais à quatre points ont été installés récemment.

Poids: 560 kg à vide Dimensions: hauteur 1,07, longueur 4,25 m, largeur 1,64 m, empattement: 2,27m Vitesse dans la ligne droite des Hunaudières : 250 km/h Shocked (oui oui 250 km/h avec un bicylindre Panhard !!!)

Autre caractéristique de ce dérivé de Panhard, elle est immatriculée et a une carte grise normale... elle peut donc prendre la route en toute légalité Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 13 Aoû 2007, 15:40

Après avoir fait le tour des petits roadsters et autres dérivés Panhard, interressons nous à un autre aspect de la marque doyenne : les véhicules militaires. Les Panhard sont surnommées panpan, à cause de leur bruit caractéristique mais ça colle aussi avec l'histoire militaire de la marque.

Je resterai sur les véhicules terrestres mais il faut savoir que Panhard a fourni les moteurs de 20 sous-marins de la classe NAÏADE et du sous-marin expérimental DAUPHIN entre 1901 et 1905 ainsi que de nombreux dirigeables de l'armées française (dénommés : La Patrie, La République, La Russie, La Liberté, Morning-Post, Capitaine Marchal et Lt Selle de Beauchamp).

L'automitrailleuse PANHARD-GENTY 1904 :

En 1904, le capitaine GENTY achète une Panhard et Levassor de 24 cv avec elle il effectue des reconnaissances, des marches d’approche ou des manœuvres d’exploration qui n’ont déjà plus rien à voir avec les simples missions de liaison jusqu’alors confiées aux automobiles. Cette voiture se prête fort bien à ces usages, sa puissance lui donnant une vitesse sur route d’environ 70 km/h pour un rayon d’action de 250 km. Haute sur pattes, elle ne craint pas les inégalités du terrain et son cadre en bois armé indéformable lui assure souplesse et solidité. L’aménagement pour une arme est étudiée par le capitaine GENTY lui-même : deux colonnes d’affût, une à l’avant, l’autre à l’arrière peuvent recevoir la mitrailleuse et ses organes de pointage.
En position de tir vers l’avant le tireur s’assoit sur la banquette arrière. Pour le tir vers l’arrière, il dispose, derrière le pilote d’un siège rond genre tabouret de piano. Le baquet situé à côté du conducteur est monté sur un pivot afin de permettre au pouvoyeur de servir l’arme en toutes positions. Le lot de bord comprend 2.160 cartouches en neuf coffrets, un trépied pour utilisation éventuelle de la mitrailleuse à terre et une longue-vue pour fouiller le terrain. Son utilisation au sein d’une division de cavalerie au cours des manœuvres de 1906 et 1907 est couronnée de succès.

La légende dit que juste après que cette photo soit prise un obus tomba sur la maison en arrière plan et tua le mitrailleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malock
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
avatar

Féminin Nombre de messages : 8130
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 27 Aoû 2007, 13:08

Alors, ces travaux, ça avance ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Mar 09 Oct 2007, 16:53

malock a écrit:
Alors, ces travaux, ça avance ? Wink

Les travaux avancent Wink Le chassis est terminé. 3 couches d'antirouille (dont une "marin") à l'extérieur, deux à l'intérieur plus une couche de cire à corps creux. Avec ça, je pense qu'il résistera au temps pendant un long moment.


L'intérieur du chassis :


Il y a eu une petite réparation. Un des points de fixation de la ligne d'échappement était inutilisable... le boulon s'étant cassé à l'intérieur, il a fallut en refaire un...

... le carré de gauche est d'origine... difficile de voir la différence.

Les brancards (sortes d'arches qui tiennent les ailes avant, les tôles de protection moteur...) sont eux aussi terminés. Toujours trois couches d'antirouille à l'extérieur, deux à l'intérieur plus une couche de cire à corps creux.


C'est clair... à l'intérieur y'en a de partout...


Voici les mêmes brancards juste après leur démontage...



Egalement terminé, la "plage arrière". C'est une pièce en tôle recouverte de skaï. Comme les autres pièces acier elle a été recouverte par deux couches de peinture antirouille (même si elle est à l'intérieur). Reste à lui trouver du skaï tout neuf (je verai ça au moment d'attaquer le reste du tissus).


Le manchon d'accouplement du levier de vitesse sur la boite est lui aussi terminé.


La patte de fixation de la sortie d'échappement.

Ce genre de pièce étant sans contrainte et fortement exposée, elle a subit un traitement spécial. En plus des trois couches d'antirouille reglementaires, elle a été zinguée. Avec ce genre de protection, elle rouillera quand j'aurai passé l'arme à gauche depuis longtemps.

Les bielettes d'amortisseur avant :


Le klaxon :


L'hélice du ventilateur moteur :


Le même klaxon et la même hélice quelques mois plus tôt... y'a comme uqi dirait un peu de changement Cool


Le bocal de liquide de frein... peint en noir comme à l'origine bien que ce soit purement pour l'esthétique (il est en alu) :


Peint également pour faire joli (enfin presque), le silent bloc support moteur :


Parmis les pièces en cours, les tambours avant :
Ils ont déjà été décapés et dérouillés.

Son jumeau a déjà eu droit à sa première couche antirouille. Ce n'est pas le cas de celui ci qui a un petit pépin :

D'origine ou pas, cette fissure ne doit pas rester comme ça. Elle sera comblée par soudure avant de pouvoir protéger l'ensemble de la rouille.

Les ailes arrières sont en train d'être ponçées petit à petit. C'est une vraie galère. Une aile en alu c'est vraiment pas lourd mais c'est encombrant en plus la peinture d'origine (au plomb) et son apprêt sont vraiment tenaces.


Le tableau de bord, décapé, dérouillé et avec sa première couche de protection. Il n'aura droit qu'à deux couches antirouille mais sera recouvert en plus par au moins une couche de peinture carrosserie (même teinte que l'extérieur, c'est une peinture bi composant avec durcisseur).


Enfin pour terminer, j'ai commencé à me constituer une boite à outils d'époque Razz

Cette petite clé plate date d'avant guerre, elle est de marque "Panhard & Levassor".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Jeu 11 Oct 2007, 02:33

Comme promis, voici de nouvelles photos.

D'abord, une vue du train arrière que je suis en train de remonter petit à petit :

L'essieu est en place (faudra pas que j'oublie les goupilles Laughing ), quelques conduites de frein aussi. J'ai également remonté un ensemble de barres de torsion de suspension et la bielette qui va avec. J'avais bien remonté la seconde mais comme un boulet j'ai remonté une des barres à l'envers Embarassed

Pas mal de choses ont été changées sur ces éléments. Déjà, tous les silent bloc... le central de l'essieu (qui permet à l'essieu de bouger sur tous les axes en fonction du mouvement des suspensions) ainsi que ceux des bielettes (ceux des amortisseurs et ceux qui font la liaison entr bielette et essieu).

Le gros à la forme bien spécifique fait la liaison entre l'essieu et la biellette qui est reliée aux barres de torsion (remplacées sur les autos modernes par des ressorts).

Les roulements à aiguilles ont été changés. Voici une cage des nouveaux roulements :

et les aiguilles (49 par roues Laughing ) :

J'ai changé un des graisseurs de ces roulements puisqu'il était completement écrasé Confused

Petite explication sur l'espèce de "roue dentée"... outre le fait que c'est par là qu'est fixée la barre de torsion (qui fait office de ressort de suspension), ça sert à regler la hauteur de caisse.

Les tambours arrières ont été peints à la peinture haute température :

Les cylindres de roues ont leur kit de réparation et toutes les garnitures de freins sont neuves et sans amiante Cool


Avant ça ressemblait à ça 8O


Un kit de réparation de cylindre de roue (avant) :

et son cylindre décapé :


Toutes les durites de freins sont neuves :
avant...

après...

(je précise avant/après au cas où ça ne serait pas très visible Laughing )

Le maître cylindre quand à lui est neuf de chez neuf :

Tout le nécessaire des freins (sauf les garnitures) a été acheté chez une petite société pas très loin de chez moi. Satmo Meca, pour le pas les citer a le mérite de continuer à fabriquer des éléments de freinage pour des voitures anciennes (Citroen, Peugeot, Panhard, Simca, Renault).

J'ai profité de la peinture haute température pour peindre les petites tubulures d'échappement (ici une pour l'admission) :


Côté moteur, pas mal de nouveautés puisque pratiquement la moitié du moteur a été changé Confused
Le cylindre gauche :

Il a été changé car l'un des guides de soupape était cassé Crying or Very sad
L'intérieur du nouveau :

comparé à l'ancien Crying or Very sad :


Les deux chemises des cylindres ont été remplacées ainsi qu'un piston. Pour changer les chemises, c'est extrêmement simple : on chauffe le cylindre, il se dilate et la chemise tombe toute seule. On remet l'autre pendant que c'est dilaté et ça s'emboite sans problèmes Cool Pas besoin de colle ou de boulon...

Les pistons avant :

Les pistons après nettoyage (le neuf est à gauche) :

Pourquoi avoir changé un piston ? Tout simplement parce que les chemises ont été changées et qu'il faut des pistons en rapport. Il faut qu'ils coulissent parfaitement à l'intérieur des chemises. Si ça coince, la mécanique force et s'use et si c'est trop lâche, on perd de la puissance (il n'y a que 33 cheveaux... autant ne pas en laisser en route Laughing ).

Segmentation neuve :


Les 148 aiguilles des barres de rappel des soupapes ont été remplacées par des bagues en bronze (bien plus faciles à mettre en place et tout aussi efficaces) :


Le petit pignon de distribution acier avait quelques dents abimées. C'est pas que ça aurait empêché le moteur de tourner mais ça aurait abimé l'autre pignon (celui en Dural que je met à la place du pignon en Céloron original). Il a donc été changé :

Le nouveau est à droite Wink

Nouveau segment de palier arrière (qui s'était cassé au démontage) :

Il sert à étanchéifier le moteur au niveau de l'arrière du villebrequin.
En parlant de palier arrière... nouveau roulement aussi Laughing

Pour changer ce genre de roulement, c'est le même principe que pour les chemises.

Les cardans ont été remplacés par des reconditionnés (les roulements et autres croisillons Glaenzer sont changés) :


Disque d'embrayage neuf... et sans amiante :

C'est vrai que comparé à l'ancien il y a plus de matière Laughing

Sinon, vous saviez que Coluche roulait en Panhard ? Dans le film "inspecteur labavure" on voit sa PL17 personelle à plusieurs reprises. Cette voiture existe toujours et continue à vivre (par rapport au film elle a même retrouvé ses cerclages de phare en alu Mr. Green ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arthemile
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
avatar

Masculin Nombre de messages : 3853
Age : 71
Localisation : bordeaux ville d'art, cité des grands vins
Emploi : retraité aux flambeaux, oisif laborieux ...
Loisirs : sports en spectateur, peinture, musique , etc
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Jeu 11 Oct 2007, 09:46

je me demande si tu n'auaris pas du changer les deux pistons et les deux chemises...

es tu certain que ton moteur sera bien équilibré ? il y a toujours une petite différence de poids entre un ancien piston et un noiuveau...

et on sait très bien que la meilleure paire du monde n'est pas toujours équilibrée Very Happy

en tous cas, c'est du bon boulot que tu fais... bon courage.

bonne fête de la restauration.
didier de mees près de dax, la ville du paradoxe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Jeu 11 Oct 2007, 11:58

Le problème de différence de poid peut être facilement résolu en enlevant un peu de matière sur le piston le plus lourd. Les deux pistons étant de même classe (même côte) ils ne devrait pas y avoir trop de matière à enlever... mais ça je ne le saurai que lorsque je les aurai pesé avec précision Embarassed
Le plus difficile était de trouver deux couples chemise/piston et deux ensembles soupapes/cylindre (enfin surtout des pièces qui vont avec les quelques pièces en état que j'avais).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 11:06

La Dyna c'est fini... le garage et son contenu a brulé Crying or Very sad La plupart des pièces sont dans le même état que les quelques cheveux que j'ai laissé dans le brasier Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sopherflo
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2804
Age : 50
Localisation : au pays du cidre et du fromage!!
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 11:54

put....... quesce qui c'est passé PIT .

tout ce boulot pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arthemile
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
avatar

Masculin Nombre de messages : 3853
Age : 71
Localisation : bordeaux ville d'art, cité des grands vins
Emploi : retraité aux flambeaux, oisif laborieux ...
Loisirs : sports en spectateur, peinture, musique , etc
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 12:06

on ne sait pas quoi dire... je ne peut que compatir.

ça doit foutre les boules!!! c'était un hangar isolé dans la campagne ou près de maisons d'habitations ?... est ce que l'origine du sinistre a été constatée... ? n'y at'il pas une assurance qui pourrait t'indemniser... pas de la perte affective mais au moins du préjudice matériel ?...

sincèrement, je suis très affligé de ce qui t'arrive car tu avais fait du bon boulot... avec tout ton coeur et ton savoir.

diider de mees qui partage ton désarroi.
bon courage PIT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit et Rik
Niveau Trésor: Un pilier du forum
Niveau Trésor: Un pilier du forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 2797
Age : 39
Localisation : Saint Chamond
Emploi : martyriseur de clavier
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 12:25

Le garage est séparé des maisons mais les pompiers ont quand même fait évacuer les maisons allentours car il y avait des bouteilles de gaz (acétylène, oxygène et propane).

Pour l'indemnisation... pfffff je ne me fait pas d'illusions. De toutes façon, certaines pièces sont introuvables donc impossibles à évaluer. En plus, l'expert doit passer mercredi soir... j'imagine qu'à la nuit tombée on évalue mieux les dégâts Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esox33
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
Niveau Ramé : fidèle parmi les fidèles
avatar

Masculin Nombre de messages : 4083
Localisation : Entre les Tarterêts, la Grande Borne et les Pyramides dans le 9-1
Emploi : Intermittent nocturne du spectacle
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 13:37

Tant d'efforts réduits à néant, je comprends que tu en aies gros sur la patate.

Même si c'est plus facile à écrire qu'à faire, essaie de garder le moral, d'après ce que j'ai lu tu étais dans le hangar quand il brûlait affraid , l'important c'est toi et ta santé quand même...

_______________________________________
TEAM the bestoV Boulet

Ce qui ne tue pas rend plus fort.
L'amour et la haine sont deux parallèles qui se croisent sans cesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fred59380
Actuellement banni
avatar

Masculin Nombre de messages : 2191
Age : 39
Localisation : Devant mon écran...
Loisirs : Tout...
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   Lun 22 Oct 2007, 13:42

Ouais, c'est sûr... Les boules... Une passion et des heures de boulot réduites à néant, c'est cruel...
Pour une fois, je m'abstiendrai d'en dire davantage... On est peut-être pas les meilleurs amis du monde, mais je compatis à cette perte qui te tenait tant à coeur...

Juste envie d'écrire le plus sérieusement et sincèrement possible :

Garde le moral, mec... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cretin.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Restauration D'une Panhard Dyna X86 de 1950
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» RESTAURATION 3TB
» Restauration Monet Goyon S6V 1950
» pick up chevrolet 1950
» dyna épave restaurée
» Restauration et modification Z650

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Girondinfo :: Le Reste... :: Le Bistro-
Sauter vers: